A voir : "Histoire rapide de Lectoure" écrite par les CE1/CE2 de Gambetta
A voir : "Lectoure sous différents points de vue" écrit par les CE1/CE2 de Gambetta

LECTOURE


LECTOURE existe depuis l’Antiquité. D’importants vestiges gallo-romains mis à jour prouvent son importance dans la région, à cette époque.

Entre le XIIIéme et le XVIIéme siècle la citée est tour à tour sous dominance de l’église, de nobles autonomes, du royaume de France ou de la monarchie Anglaise. Les différents régimes l’ont parfois laissé à l’état de ruine, mais à chaque fois, elle s’est relevée plus forte encore.
La cathédrale St Gervais au sommet de l’Oppidum en est la preuve monumentale.

Au XIXéme siècle, LECTOURE s’illustre par ses hommes célèbres comme le Maréchal Lannes, les généraux Banel, Laterrade, Dupin, Lagrange, Subervie et Soulès.

Cette citée depuis l’Antiquité à nos jours est la capitale de la Lomagne, tant par ses richesses archéologiques, son architecture, ses thermes mais aussi sa capacité de recevoir 1200 élèves dans ses écoles.

Texte écrit par Simon (CM2)

Le maréchal Lannes

Le Maréchal Lannes est un soldat très connu qui est né au 17ème siècle à Lectoure (en 1769 exactement).


Le Maréchal est mort d'une maladie en guerre (il s'est reçu un boulet sur la jambe et a succombé à ses blessures)

A sa mort on a fait une statue de lui.

Aujourd'hui on a construit un lycée qui s'appelle le Maréchal Lannes (il y a plus de 1000 élèves).

Texte écrit par Anaïs (CM2)

La Cathédrale SAINT-GERVAIS
de LECTOURE

Le clocher de la cathédrale a été bâti en 1488. L'église est du XVème siècle. Les voûtes ont été détruites par un incendie lors des guerres entre le Roi de France et les Comtes d'Armagnac. Le clocher de l'église Saint-Gervais de Lectoure fut classé parmis les monuments historique par un arrêté en date du 6 avril 1897 de monsieur le Ministre de l'Instruction publique et des Beaux Arts.

L'ensemble de l'église fut classé par un arrêté en date du 31 octobre 1912 de monsieur le Ministre de l'Instruction publique et des Beaux Arts signé par le sous-secrétaire d'État, Léon Bérard.

Les travaux de réparation du cloché furent évoqués dès 1896 par le Conseil Municipal qui s'inquiétait de l'état de délabrement de l'édifice constaté par un procès verbal dressé par le commissaire de police.

Cette question fut régulièrement débattue pendant des années mais les difficultés à réussir et à conjuguer les interventions financières du ministère des Beaux Arts, du ministère des Cultes, du Conseil de fabrique Saint-Gervais et de la commune retardèrent la mise en oeuvre des travaux définit par l'architecte diocésain M. Chandel.

A l’origine une maison accolée à la façade Ouest du clocher avait été construite un siècle après la construction de l’église puis a été démolie en 1912 pour permettre la réalisation des travaux de restauration de la cathédrale.


D’après Lectoure à la belle époque, ouvrage collectif, 1984.

Texte écrit par Julia (CM2)